Ksaar

Section RP

Modérateur : Illata

Avatar de l’utilisateur
DocTicTac
Administrateur - Site Admin
Messages : 1178
Inscription : Mer Août 30, 2006 1:54 pm
Localisation : Chambéry

Ksaar

Messagepar DocTicTac » Mar Juin 24, 2008 4:13 pm

Sois un artisan de la parole afin d’être fort, car la parole est plus puissante que le combat.
Ptahhotep (anc. empire vers 2360 av J.C.)



I

La Stygie est un pays beaucoup trop dangeureux pour que ses habitants n'aient pas un sens aigue des plaisirs immediats.
Eh, qui peut etre certain d'être encore en vie demain?

Ksaar etait un modèle du genre, se servant dés que l'occasion se presentait et remettant à plus tard le reste. Sa grande taille et une excellente condition physique semblait le predisposer au métier des armes, ce qui lui convenait parfaitement. L'uniforme en imposait aux donzelles et facilitait le racket de la vermine. Le tout ponctué de pillages occasionnels et scellé au final d'une mort souvent rapide, il faisait bon d'être militaire !
Vivre longtemps etait péché de toute façon, il suffisait pour s'en convaincre de constater le delabrement du corps passé 40 ans...

Son gout du stupre devait le mener cependant sur une voix bien différente. La peste soit des petites allumeuses et des maris jaloux !

Un matin donc, encore ivre des ingestions de lotus noir de la veille, il fut reveillé en sursaut par une soudaine brulure sur le flanc, puis la cuisse, puis au cou. Ils pensaient avoir été discrets... mais le type qu'ils se faisaient un malin plaisir de cocufier autant que possible ces derniers jours, avait reussi à les suivre jusqu'à l'obscure auberge où ils avaient leurs habitudes.
Le bougre n'etait pas venu seul : il lacha un plein panier de cobras royaux rendus irrascibles par le transport sur leur couche. Leurs destin fut alors sceller : par une mort foudroyante pour l'une, et un aller simple au Temple de Set pour Ksaar.
On ne survit pas en effet à une morsure de cobra royal, encore moins d'une dizaine ! Ksaar etait encore en vie et la conclusion s'imposa alors d'elle même : si le venin des serpents l'avait epargné, c'est que Set l'avait choisi.

Bien que peu versé dans l'art de la theologie, il se rattrapait sur des à coté où les jeunes disciples qui partageaient ses études n'excellaient guere : parieur, prompte à passer les murs comme a corrompre un garde, il ne tarda pas à organiser regulièrement des sorties aux motifs forts peu devots, comme les spéctacles de combat de chiens où des beuveries impromptues.
"Un jour Set nous fera payer nos écarts" predisait de temps en temps un fetard, ce à quoi Ksaar repondait "ne soit pas pretentieux à vouloir savoir à Sa place ce qu'Il attend de nous". L'avenir devait donner raison aux 2.


II

D'instinct un orgie party dans d'antiques ruines perdues dans le desert lui avait semblé une mauvaise idée. Mais le fils du riche marchand - qui etait devenu au fil du temps son compagnon de débauche - lui avait promi une affluence de catins comme ils n'en avaient jamais vu. Dur de faire discret en ville avec autant de putains, d'esclaves et de musiciens pour animer la soirée ! Ruines obligent, la fête avait comme thématique la vieille civilisation aracheonienne. ksaar et son ami avaient été faire un tour de reconnaissance et la vue de l'ancien autel de sacrifice leur avait suggéré le clou de la soirée : des manequins en pailles seraient depecés sur l'autel, laissant couler le vin de petites barriques dissiminées dans leurs membres. Ils deblayerent les canneaux d'irrigation jusqu'au bassin central, voici qui ferait une piscine à vin tout à fait correcte !
ce soir là, tout le monde etait masqué : encore une folie de son jeune compagnon qui avait fait façonner dans de l'ebene pur des visages grotesques inspirés de sculptures de l'antique Archeron.
Ksaar malgré l'ivresse se sentait mal à l'aise. Il trouvait la musique trop forte et les convives trop dechainées, comme pour masquer un sentiment de danger. Le delicieusement decadent se melait à la terreur pure, et l'orgie devint frenetique...

Ksaar s'etait acoquiné avec une putain fort bien faite au masque de serpent. Mais, tandis qu'il l'attirait à l'ombre mouvante d'une colonne, tout devint brusquement silencieux. Une sphere de tenebres engloba le couple et le masque de serpent se mit à luire d'une faible lumiere ocre.

- Voici le beni et le maudit, siffla la voix. Et ksaar faillit se pisser dessus quand il vit la langue de serpent qui sorti brievement de la machoire du masque. Béni car Set t'as donné Sa marque, maudit car tu vis dans la futilité.
D'un coup sec du plat de la main sur sa poitrine elle le fit tomber et l'enfourcha.

- Attend, reussit-il à articuler. Set devait deja connaitre mon temperament quand il m'a choisi !

- Set laisse son libre arbitre à Ses serviteurs, sinon comment pourrait-il les punir ?

Des visions cauchemardesques se mirent à deferler sur son esprit. Hurlements et giclées de sang, cadavres masqués sanguinolents... etait ce possible qu'il soit en train de commettre ce que ses yeux hallucinés lui communiquaient ?

Le soleil du matin lui apporta la confirmation de son delire nocturne : partout des corps cruellement mutilés jonchaient le sol. Ses yeux se porterent sur une épée aux formes tarabiscotée posée à ses pieds. L'horreur de sa situation le frappa alors de plein fouet.

- Voici quelle sera ta malediction, siffla une voix derriere lui, toutes les nuits de nouvelle lune tu tueras tout ceux que tu verras. Ceci devrait calmer tes appetits de société pendant quelques temps !

Ksaar se retourna brusquement, mais seul le souffle du desert etait desormais audible.


III

Ce fut le debut de son ermitage. Pendant des mois il se cacha dans le desert, survivant tant bien que mal de sa chasse et de quelques rapines la nuit dans des camps de nomade. De fait, l'histoire aurait pu finir ici.

Un matin, il fut reveiller d'un violent coup de pieds dans les cotes, et fut fait prisonnier par des esclavagistes. En galere il fit connaissance avec Jakall - un emmissaire envoyé par la lointaine Pantang - capturé par les escalvagistes depuis peu. Ils sympatiserent, et Ksaar lui confia le secret de sa malediction.
Jakall eu l'air interessé, et suite à quelques rituels obscurs qui lui permirent de communiquer avec ses superieurs, il lui proposa d'integrer leurs rangs.

- Il y a de nombreux sorciers chez Pantang, et quoique tu penses de la puissance de ton Dieu, meme les plans de Set peuvent être contrecarrés.

Seuls survivants apres une terrible tempete, ils finirent par quitter la petite ile sur laquelle ils avaient echoués et rejoignirent alors les troupes envoyées en renfort par le Theocrate.

Depuis Ksaar reste avec ses compagnons, à l'exception des nuits de nouvelle lune où il court s'enfermer de peur de reiterer ses crimes. Faibles ou puissants, il continue en effet d'attaquer à vue tout être humain qu'il rencontre alors. Seuls ses plus proches compagnons sont epargnés, grace à de puissantes magies de protection renforcées par l'amitié sincere qu'il leur porte.

L'energie de Set coure en lui, et meme s'il ne sait plus si il doit se considérer comme un serviteur de Set ou un rebelle, il compte bien l'utilisée au service de sa nouvelle fraterie.
c'est triste un génie qui s'est perdu
je prefere un con qui s'est retrouvé
by Slaine

Revenir vers « L'Antre d'Illata »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron